Archives pour la catégorie SOCIALISME

BLUM un modèle

-
dont on parle

mais qu’ils ne suivent pas !
-

frontpopulaire

-

Le 9 avril 1872 naissait, à Paris dans le II°, Léon Blum.
Chef du gouvernement de la France en 1936/1937,
(puis en mars avril 1938)
il fut un digne représentant des rares hommes politiques ayant avant tout le respect pour le bien-être de TOUS leurs compatriotes.

Président du Conseil des Ministres du Front Populaire
ont lui doit notamment :
– les congés payés
– l’entrée des femmes au gouvernement
– la baisse du temps de travail.

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaasdfmorthumour

-

Lors du congrès de Tours de 1920, Blum refusa de suivre la majorité en faveur de l’adhésion à la troisième internationale. Il prononça à cette occasion un discours resté célèbre, qu’il conclut ainsi :

« Nous sommes convaincus, jusqu’au fond de nous-mêmes, que, pendant que vous irez courir l’aventure, il faut que quelqu’un reste garder la vieille maison. [...]
Dans cette heure qui, pour nous tous, est une heure d’anxiété tragique, n’ajoutons pas encore cela à notre douleur et à nos craintes.
Sachons nous abstenir des mots qui blessent, qui déchirent, des actes qui lèsent, de tout ce qui serait déchirement fratricide.
Je vous dis cela parce que c’est sans doute la dernière fois que je m’adresse à beaucoup d’entre vous et parce qu’il faut pourtant que cela soit dit.
Les uns et les autres, même séparés, restons des socialistes ; malgré tout, restons des frères qu’aura séparés une querelle cruelle, mais une querelle de famille, et qu’un foyer commun pourra encore réunir. »

-

congéspayés

-

Sa doctrine est reproduite sur ce blog
dans la catégorie :
socialisme

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Emprisonné sous Pétain par le gouvernement de Vichy ;
déporté à Buchenwald
il mourut le 30 mars 1950 à Jouy en Josas.

-

frontpopulaire

-

Quand le socialisme est-il mort ?

-

-

femmegvt

-

Fut un temps où femmes-hommes
avaient-luttaient pour des idées
donnaient leur vie pour un avenir meilleur
pensaient à l’Intérêt Général
protégeaient le Bien Commun

-

-

crocoscorpio

-

-

-

Socialisme …BLUM

-

Pour être Socialiste

-

Socialisme ...BLUM dans Ecrits aaaaaaaaasocialismecapitalismehumour-300x188

-

En 1919 Léon Blum écrivit un petit fascicule dont je vous rapporte ces derniers lundis de larges extraits de texte.

Le printemps, court, finissant, voici des passages des dernières pages.

-

aaaaaaafraterniteenfant-120x150 Socialisme - Léon Blum - Politique française - Urgence sociale - Lutte des classes - Pogrès humain dans Education-

…/…
J’ai pour ma part une vue moins désespérée ou moins méprisante de l’humanité……
L’homme aime déployer son activité, employer sa force. Quand il esquive la tâche, c’est que la société l’avait astreint à un labeur autre que celui ou son tempérament propre le destinait. ….
Il suffit de s’éloigner quelque peu du spectacle présent des choses.
Il suffit de s’élever par la pensée au-dessus du misérable niveau des moeurs actuelles, moeurs qui sont le produit direct et non la cause de notre régime social.
Faisons cet effort.

-

aaaaaaaaasocialismeneocarte-300x124 dans Finances

-

…/…
Est-ce l’appât du gain qui a édifié les temples de l’Acropole ou les cathédrales gothiques ?
Est-ce l’appât du gain qui a inspiré les grands ouvriers de la Renaissance, les grands constructeurs d’idées du XVIIIe siècles ?……

Est-ce l’appât du gain qui incite le savant à la méditation, à la découverte, est-ce pour « gagner de l’argent » qu’ont travaillé un Newton, un Lavoisier, un Ampère, un Pasteur ?……

Vous  ne trouverez pas une tâche vraiment utile à l’humanité dont l’origine ne soit désintéressée…
En revanche, nous voyons autour de nous quelle sorte d’activité le désir du gain provoque.
C’est pour gagner de l’argent qu’on lance une affaire, qu’on monte une maison de banque, de courtage ou de commerce, qu’on achète et qu’on revend, qu’on agiote et qu’on spécule.

Le désir du gain forme et entretien cette écume,
cette fermentation putride que nous voyons s’étaler à la surface de la vie économique.

En quoi la société se trouvera-t-elle appauvrie quand nous l’aurons nettoyée de toutes ces initiatives parasitaires ?

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

…/…
Suivent les chapitres :
- Consacrer son travail à l’intérêt collectif
- Le bilan d’une invention
- Une injustice foncière
- La science deviendra bienfaitrice avec le socialisme
- Sur la véritable route du progrès

Susciter une moralité nouvelle
Vues chimériques, nous dira-t-on.
Mais où donc est la chimère ?
Nous venons de voir pendant cinq ans, l’humanité se plier à une discipline de  destruction et de mort (1ère guerre mondiale).
Ne pourra-t-on accepter une discipline de création et de vie ?……

Nous nous adressons, vous l’avez vu, à ce qu’il y a de plus pur, de plus élevé dans l’homme :
l’esprit de justice, d’égalité, de fraternité….

-

aaaaaaaaautopiacarte-222x300 dans Justice

Enfin l’auteur traite les chapitres :
- Briser toutes les servitudes
– Guerre et capitalisme : les deux puissances du mal
– L’humanité ne s’élève que lentement
– Nulle vérité plus évidente
pour conclure :

La grande tâche de délivrance.

C’est à cette tâche de délivrance que nous vous convions, jeunes gens.
Pour vous-mêmes d’abord, puis pour ceux qui vous entourent et que vous pourrez persuader.

Vous êtes l’espoir,
vous êtes la vie qui vient, la sève qui monte
de vous va dépendre le sort prochain de l’humanité.

Réfléchissez, examinez.
Vous êtes à l’instant des choix décisifs, puisque c’est à votre âge que la pensée et l’action s’aiguillent pour le reste de l’existence.

C’est à la fin de la jeunesse et dans tous les premiers moment de l’âge mûr, pendant ce court intervalle de quelques années que toutes les pensées fécondes de la vie se formulent, que les résolutions efficaces d’action se fixent en nous.

L’alternative capitale vous est donc offerte.
Irez-vous du côté de l’avenir ou du côté du passé,
du côté de l’inéquité ou du côté de l’égalité
du côte de l’égoïsme ou du côté de la fraternité ?

Vous ne pourrez pas rester neutres ;
il faut vous prononcer, il faut choisir.

Eh bien !
Vous vous rangerez avec la justice, avec la vérité, avec la vie.
Vous ne ferez pas de bas calcul ;
le défaut de votre âge est le choix aventureux plutôt que le calcul mercenaire.
Vous écouterez l’appel généreux et chaud de votre coeur.

Et si vous surpreniez, autour de vous, la tentation vile d’aller du coté du plus fort,
rappelez à ces égoïstes imprudents
que la force elle-même,
en un jour peut-être prochain,
sera au service de la justice.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
que l’on traite les personnes idéalistes d’utopistes
que ces dernières répliquent que l’Utopie est la réalité de demain.
En effet qui pouvait croire, après des millénaires de royautés et servages que la République s’installerait chez nous ?

Le problème est donc de continuer à oeuvrer dans le Bon Sens de l’Histoire humaine
car les forces négatives sont et seront toujours en manoeuvres !…

Je me souviens
de Thomas More et de son Utopia, cité idéale ;
car de tous temps il fut-est des êtres inspirés et/ou épris de Justice sociale.
Ce grand britannique veille, comme beaucoup de grandes icônes des Peuples, sur des lieux dont un institut (une réflexion ci-dessus.)

-

aaaaaaaaasocialismemarguerite-150x143 dans Politique

-

Je me souviens
mon grand-père socialiste et les discussions animées au café du village où il rencontrait ceux de sa  « classe » d’anciens combattants lors de la partie de carte quotidienne…
regrettant que de nos jours la Politique, avec un Grand P, la Chose Publique, le Bien Commun, l’Intérêt Général ne soient plus considérés par les Citoyens déçus….les décideurs ayant failli à leur Mission./

-

-

0agifvisit dans Sentiments

-

-

Socialisme…SOTTISE ?

-

Quel sens a cette voie ?

-

Socialisme...SOTTISE ? dans Ecrits

-

Pour être socialiste
Léon Blum
1919

../…

L’éternelle sottise,
l’éternelle routine
l’éternelle incrédulité

-

Vous entendez d’ici les répliques intéressées ou sceptiques.
Quoi, nous disent les railleurs, pour justifier le socialisme, ce sont les lois économiques, les nécessités de la production que vous invoquez !
Touchant paradoxe !

Mais vous savez bien que les hommes n’ont pas naturellement le goût du travail.
Pourquoi travaille-t-on ?
Pour gagner de l’argent, pour épargner, pour transmettre à ses enfants le fruit de son épargne.

Quand vous aurez supprimé ces deux stimulants de la paresse humaine, le désir du gain et l’héritage, vous aurez tout bonnement rejeté l’animal humain à son apathie atavique.
Il ne travaillera plus que pour satisfaire à ses besoins élémentaires, ou bien il ne travaillera plus que par contrainte.
Etat de la productions indéfiniment raréfiée, ou bien état de travaux forcés et de chiourme, votre cité socialiste aboutira nécessairement à l’une ou l’autre.
Choisissez…

-

-

aaaaaaaaeconomiehumourboa-300x232 Socialisme - Economie politique - Justice sociale - Urgence humanitaire dans Education

-

-

Il faut bien que je suppose ce langage.
On  vous l’a tenu, ou  vous l’avez entendu tenir.
Il faut bien aussi que j’y réponde, quelques découragement que l’on éprouve à chasser sans cesse devant soi l’éternelle sottise, l’éternelle routine, l’éternelle incrédulité.

Où a-t-on  pris qu’un célibataire, qu’un homme ou qu’une femme sans enfants fussent moins actifs, moins industrieux, moins âpres au gain, qu’un père de famille.

Que chacun regarde près de lui, et vérifie.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

J’ai lu souvent que la charge de famille obligeait un homme à un travail excessif, surmenant, pauvrement rémunéré.
Je n’ai jamais vu que le défaut d’enfants détournât l’homme d’un effort utile et fit d’un travailleur un oisif.

La vérité est, tout simplement, que par un secret instinct de moralité, nous sommes moins honteux de rapporter à nos enfants qu’à nous-mêmes notre appétit personnel de lucre.
Il arrive que des bourgeois prennent plus tôt le temps de « se retirer des affaires » comme ils disent, parce que leur fortune acquise, médiocre pour de nombreux enfants, suffit au contraire à leur ménage stérile.
Mais, qu’ils vendent leur fonds de commerce ou ferment leur boutique, de quelle activité utile cette retraite prématuré prive-t-elle la société ?
Non.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Non, il n’est pas vrai que la transmission héréditaire, signe et moyen de l’usurpation capitaliste, soit l’agent indispensable de la prospérité sociale…
L’appât du gain , l’envie de gagner de l’argent ? c’est autre chose.

Si nous considérons autour de nous la mêlée des hommes, elle parait dirigée, en effet, par ce mobile unique.
Gagner de l’argent, c’est le véritable idéal humain ,
le seul que proclame et qu’essaye de réaliser une société pervertie.

Conquérir pour notre compte la plus large part des privilèges que l’argent représente ou permet d’acquérir, c’est le programme de vie que le spectacle contemportain nous propose.

Tout nous appelle à cette lutte : l’opinion et la morale, qui devraient la flétrir, l’exaltent, et il faut une sorte d’héroïsme pour se soustraire volontairement à la contagion.

C’est le sentiment moteur aujourd’hui, ne perdons pas notre peine à le contester.
Mais où prend-on le droit de conclure que l’humanité n’en puisse pas connaître d’autre ?
Le sophisme est là.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
d’un vieux « tube » sur le sujet
que mes copines et moi aimions chanter dès les beaux jours arrivés…

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Je me souviens
d’une autre version passant souvent sur les ondes …

Je me souviens
que dès l’adolescence on peut voir un clivage chez les jeunes :
les uns rêvant d’un avenir d’argent, de vie luxueuse, etc,
quelques en soient les coûts pour les autres ou leur vie privée ;

les autres idéalisant un chemin fait de différents apprentissages,
dans le respect des autres, des lois

et une vie familiale amicale préservée…

-

-

0agifvisit dans Finances-

-

Socialisme …FRATERNITÉ ?

-

Comment réaliser

Egalité-Fraternité ?

-

Socialisme ...FRATERNITÉ ? dans Education

Pour être socialiste
Léon Blum
1919

-

Le bien des hommes appartient collectivement à tous les hommes ; le travail des hommes – des vivants et des morts – doit profiter collectivement à tous les hommes.

Chacun doit son plein travail à l’oeuvre commune ;
chacun doit recueillir sa part du travail commun.

En ces quelques formules si simples tient l’essentiel de la pensée socialiste.

 Socialisme - Utopie humaniste - Capitalisme sauvage - Léon Blum - Propriété commune - Intérêt général - dans Justice

Notre doctrine est donc celle qui peut réaliser la fraternité, comme l’égalité.
Qui peut la contester ou la combattre ?

Ceux qui ne veulent pas la comprendre ou ceux qu’elle lèse dans leurs intérêts.
Ceux dont elle ferait tomber les privilèges, ceux dont elle ferait cesser l’usurpation.
Usurpations consacrée par la loi, protégée par toutes les puissances de propagande et de contrainte, perpétuée par toutes les formes de l’hérigage social, mais qui, toujours contraire à la raison et à la justice, se trouve aujourd’hui en contradiction manifeste avec la moralité générale de ce monde, avec les lois et les besoins généraux de la production.

-

-

 dans Politique

-

-

La propriété, dans la légalité capitaliste, c’est l’absorption totale et éternelle de la chose appropriée, c’est le droit d’en user à son gré, de la transformer, de la transmettre, de la détruire.

Le propriétaire d’un stock de blé peut le brûler, s’il lui plaît, quand le pain manque à la  ville voisine.
Le propriétaire d’une usine peut la laisser chômer, s’il lui plaît, quand des outils de première nécessité manquent à l’industrie ou à la culture.

Peu importe l’intérêt commun, la chose est à lui.
Le jeu de la concentration, de la capitalisation, de l’héritage pourra rassembler dans les mains d’une centaine d’hommes, à la rigueur dans les mains…d’un seul – Wells a fait ce rêve – toute la propriété utile du monde.
Peu improte l’esclavage universel, la propriété reste sacrée…
Peut-être, mais c’est l’instinct de conservation qui doit alors, à lui seul, légitimer la révolte.

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Un Romain était propriétaire de ses enfants comme de ses animaux de somme ;
il pouvait les vendre ou les tuer.

Un planteur des Antilles était propriétaire de ses esclaves comme de ses champs de canne à sucre.
Mais la conscience humaine a élevé son cri et ces formes de la propriété sont tombées.

D’autres tomberont à leur tour, qui sont nées de la même conception déviée et exorbitante du droit.
Ce que nous disons aujourd’hui, c’est qu’un homme ne peut demeurer maître absolu, maître unique, maître éternel par sa descendance, de ce que la collectivité des hommes à jadis recueilli ou créé, de ce qui conditionne aujourd’hui la vie collective des hommes.
Et nous avons proclamé le socialisme, quand nous avons dit cela.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
des indignations dans les classes devant une injustice primaire envers l’un d’entre nous.
car lorsqu’on est enfants la sensibilité s’exprime sans détours…

Je me souviens
des revendications affichées dans le monde du travail par les syndicats
faisant souvent faux bond quand il s’agissait d’appliquer à un dossier particulier
expliquant le peu d’adhérents qu’ils ont en notre pays
(notamment en comparaison à l’Allemagne)

Je me souviens
d’hommes politiques…plus politiciens que défenseurs des idées proclamées
militant dans un parti plutôt que dans un autre à la sortie de l’ENA
c’est-à-dire dans celui où l’horizon de leur carrière était le moins bouché…

Je me souviens
d’une expression des Anciens
Tel qu’on fait son lit…on se couche
nous indiquant qu’Il faut assumer les conséquences de ses actes ;
qu’on ne récolte que ce qu’on sème ;
le  succès dépendant des moyens qu’on se donne pour réussir…
L’ennui dans le monde actuel, géré par des politiciens et/ou des VIP prédateurs
c’est qu’eux n’assument pas les conséquences de leurs actions
dont les conséquences écrasent les Peuples-Citoyens…

-

Pauvre Marianne !

-

-

0agifvisit dans Sentiments

-

-

Socialisme…? UNION ?

-

L’économie moderne

assemble les travailleurs

-

Socialisme...?  UNION ? dans Ecrits aaaaaeconomie-moderne

Pour être socialiste
Léon Blum
1919

Il y a dans cette vérité quelque chose d’éclatant et de nécessaire, et l’on n’en peut plus détacher ses yeux dès qu’on l’a clairement saisie une fois.
Pourtant, il est naturel qu’elle ait longtemps échappé à l’intelligence humaine.

Durant de longs siècles, le travail humain s’est poursuivi dans un état de dissémination extrême et l’ignorance réciproque.
Courbé sur sa tâche isolée, n’apercevant rien de celle qu’accomplissaient ailleurs les autres hommes, n’employant guère à son effort particulier que sa propre force, le travailleur adaptait, ajoutait à sa personne son instrument de travail.

-

 Union des travailleurs - Economie moderne - Capitalisme - Economie financière - Socialisme - Utopie politique dans Education

-

Le petit champ que le paysan cultive, le marteau du forgeron, le métier du tisserand leur semblaient comme le prolongement de leurs bras.
Cet aspect individualiste du travail semblait ainsi justifier, ou même engendrer, la propriété individuelle.

Mais depuis cent cinquante ans, les grandes industries et les grandes agglomération d’hommes se sont formées.
L’exploitation des richesses naturelles n’est plus remise à l’effort morcelé des individus.
Les besoins accrus du monde ne peuvent plus être satisfaits, la population multipliée du monde ne peut plus subister par la totalisation des tâches distinctes et indépendantes.

-


 dans FILMS

-

Les moyens de production sur lesquels repose l’existence de l’univers moderne se séparent de plus en plus de la personne qui les manie pour s’ajuster dans un ensemble organisé.
L’univers à pris de plus en plus la figure d’une usine immense et unique dont tous les rouages solidaires concourent à une même fin.

Chaque jour nous voyons se resserrer ces liens de dépedance mutuelle entre les espèces multiples de moyens de travail et de travailleurs.

L’économie d’autrefois les abandonnait chacune à son libre jeu, à son initiative autonome.

L’économie d’aujourd’hui les assemble, bon gré mal gré, dans des combinaisons et des disciplines collectives.

-

 dans Justice

-

…/…
Mais ce corps unique, dont dépendra ainsi la vie du monde,
qui donc a qualité pour en régler les fonctions essentielles,
qui donc doit en diriger les mouvements,
qui donc doit recueillir le fruit de son activité universelle ?

Quelques privilégiés ?
Non certes, la collectivité entière et universelle des hommes.

Et qinsi les formes collectives de la production moderne viennent ajouter une justification de plus, imposer comme une nécessité de plus, aux formes collectives de la propriété.
(à suivre)


-

-

économie pour les nuls

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
d’un film avec Romy Schneider,
La banquière,
montrant les premiers dérapages de l’économie réelle à celle de la finance carnassière.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
de ces grands parents, petits paysans vivant chichement de polyculture vivrière, vendant leur surplus au marché hebdomadaire du village, terminant tôt leur vie usés par le dur labeur des champs.

Je me souviens
de ces parents croulant sous les emprunts, perdant leur ferme
et des suicides par pendaison dans les étables…

Je me souviens
que depuis le siècle des lumières quelques voix se sont élevées pour prêcher la solidarité entre tous les hommes, le refus de l’exploitation humaine au profit de quelques uns…
Voie qui semble oubliée depuis une trentaine d’années…


-

-

0agifvisit dans Politique

-

-

Socialisme…Le BIEN ?

-

le bien créé par tous les hommes

doit revenir à tous les hommes

-

Socialisme...Le BIEN ? dans Ecrits

Pour être socialiste

Léon Blum
1919

-

J’en viens à la seconde classe de capitaux :
la terre, son sol et son sous-sol, les forces qu’elle recèle, les bâtiments qui la couvrent, les engins de toute sorte dont l’industrie humaine l’a peuplée.

Ici, c’est autre chose.
Ce capital est réel.
Il représente notre vrai patrimoine, notre vraie richesse.
Il n’est pas moins indispensable à notre vie que le travail, puisque c’est à lui que le travail s’applique, c’est lui que le travail fait valoir.

Ces richesses communes de la terre sont la condition même de notre existence ; aussi le labeur continue des hommes les a-t-il en partie créées, en partie aménagées ; et si l’avenir peut nous promettre de plus en plus de bien-être, de plus en plus de confort et de sécurité,
c’est par leur exploitation plus exacte et plus savante.

-

 Socialisme - Léon Blum - Capitaux - Economie réelle - dans Education

-

Mais s’il en est ainsi, comment concevoir que ce qui est nécessaire à la totalité des hommes demeure la propriété exclusive de quelques-uns ?
Où sont leurs titres ?
Le capital utile du monde est, pour une part, le don gratuit de la nature,
d’autre part, l’héritage du travail séculaire de l’humanité,
car toutes les générations qui se sont succédées sur cette terre y ont tout à tour ajouté leur part.

-

 dans Justice

-

N’avons-nous pas tous la même vocation aux richesses naturelles ?
N’en sommes-nous pas tous, en naissant, propriétaires égaux et indivis comme de l’air et de la lumière ?
N’y avons-nous pas tous le même droit, contre le même devoir,
le devoir de les entretenir et de les accroitre dans la mesure de nos forces.

Quel jour, pour reprendre le mot d’un poète,
avons-nous, comme Essaü,
vendu notre part de l’héritage ?

-

 dans Politique


Et tout ce qu’a incorporé à la nature,
depuis des centaines et des milliers de siècles, depuis que l’homme a paru sur cette terre,
le travail accumulé des générations,
comment une poignée d’individus s’arrogerait-elle le pouvoir d’en détenir, à elle seule, le profit et l’usage ?

C’est à tous les hommes que doit revenir le bien créé par tous les hommes.
C’est la collectivité présente qui est la seule héritière légitime de la collectivité indéfinie du passé.

La nécessité commune, l’origine commune, voilà ce qui justifie doublement la communauté du capital, en tant que le capital représente l’ensemble des richesse naturelles et des moyens de production.

-

aaaaaagricolecapitalbiogaz-300x149 dans Social

-

Je me souviens
d’un temps où le progrès technique devait libérer les humains des tâches pénibles-répétitives pour libérer du temps consacré à sa famille, s’éduquer, la collectivité, etc.

Je me souviens
d’un passé récent trentenaire où de crises en crises les décideurs renièrent les belles visions, les justes projets, pour faire exploser les sociétés, créer des marginaux et bunkeriser les milliardaires.

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Je me souviens
qu’hier encore on nous promettait plus de justice sociale et considération individuelle
tout en continuant les gaspillages, les évasions fiscales, les productions frauduleuses, etc…

Je me souviens
d’un slogan que les cornacs devraient méditer d’urgence

Il ne peut y avoir de croissance infinie
dans un monde fini

-

-

0agifvisit dans SOCIALISME

-

-

Socialisme…SPECULATION ?

-

Nous jouons avec la monnaie

comme des enfants avec des cailloux

-

Socialisme...SPECULATION ? dans Artiste aaaaacrisebquehumour-300x217

Pour être socialiste

Léon Blum
1919

-

…/…
Mais je préfère insister sur le fait essentiel,
à savoir qu’il s’agit uniquement ici d’une valeur imaginaire, d’une valeur de convention, que, nous autres hommes, jouons avec la monnaie comme on voit les enfants jouer avec des jetons ou des cailloux,
et qu’on pourrait la supprimer d’un trait de plume
sans que la consistance vraie du monde fût changée,
sans que la somme des richesses réelles qu’il engendre pour les besoins des hommes fût diminuée d’un morceau de pain;

-

Image de prévisualisation YouTube

-

On nous a mainte et mainte fois affirmé que, même sous cette première forme, le capital était indispensable à la vie des sociétés.

A quelle fonction vitale des sociétés serait-il donc nécessaire ?

Parler ainsi, comme on le fait chaque jour, c’est commettre une confusion puérile entre les capitaux eux-mêmes et les produits ou marchandises de toute espèce que, dans l’économie actuelle, ils représentent et permettent seuls d’acquérir.

Les capitaux ne sont pas nécessaires, et ne peuvent le sembler qu’en vertu d’une fiction, d’une convention universelle.

Ce n’est pas, je le répète, avec de l’argent que l’on monte une usine ou que l’on rend une terre productrice,
c’est avec des matériaux ou des outils que l’argent n’a pas créés et qui existeraient sans lui.

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Ce n’est pas en réalité avec l’argent qu’on paie des salaires,
c’est avec les denrées de toute sorte qu’on échange aujourd’hui contre l’argent,
mais qui sont produites sans lui, et qui pourraient être réparties par un autre moyen.

Si vous voulez apprécier l’importance relative du travail et des capitaux d’échange, songez qu’on pourrait retirer du monde, sans l’appauvrir, toutes ses richesses monnayées,
alors qu’on n’en saurait retirer sans paralyser sa vie, un seul jour du travail unanime des hommes.

Cependant la possession de ce signe conventionnel, de ce simulacre, assure aux heureux élus,
comme dans les contes de fée, tous les bienfaits et la satisfaction de tous les voeux :
le droit de ne pas participer par leur travail au laveur commun du monde,
le droit de prélever un large tribut sur ce que produit le travail des autres,
le droit de faire fleurir leur paresse et leur faste sur le surmenage et la misère de la multitude.

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Je me souviens
de chansons engagées de Jean Ferrat,
notamment après le bicentenaire…

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Je me souviens
de ces milliers de milliards donnés aux banques
pour qu’elles prêtent aux entreprises ou particuliers afin de relancer l’économie REELLE !
Sommes utilisées à leur profit, en continuant à « jouer en Bourse »,
à distribuer des salaires pharaoniques, des primes aux traders fous !…

-

aaaaacrisefinancescorpion-300x290 Socialisme - Léon Blum - Spéculation financière - Urgence sociale - Economie réelle dans Ecrits


-

Je me souviens
d’un vieil adage
A force de tirer sur la corde…elle casse…

-

-

0agifvisit dans Education

-

-

-

Socialisme et CAPITAL ?

-

selon
Léon BLUM

-

Socialisme et CAPITAL ? dans Conflits capitalismeparachute-300x251

Pour être socialiste
1919
…/…

De quoi est fait le capital ?

Ainsi, par une révolution semblable à celle qu’ont accomplie nos pères, nous installerons la raison et la justice là où règnent aujourd’hui le privilège et le hasard.

Dans la République du Travail,
point de distinctions sociales, mais seulement des répartitions professionnelles.
Ces affectations auront pour fondement unique l’aptitude personnelle, propre à chaque individu, naissant et s’éteignant avec lui.
La société présente au contraire repose essentiellement sur la division en classes :
classe des possédants
classe des prolétaires
et cette division a bien pour principe le capital, puisqu’elle apparaît avec la possession du capital, puisqu’elle se transmet et se perpétue, comme vous l’avez vu, avec le capitral lui-même.

-

 Socialisme - Capitalisme - Crises financières - urgence sociale dans Ecrits

-

Il est temps ici de retourner en arrière et d’envisager de plus près ce mot dont nous nous sommes déjà servis tant de fois.

Le capital,
qu’est-ce donc que ce talisman magique dont la présence ou l’absence transforme
- notre condition,
- notre état,
- notre vie entière.

Comment se présente-t-il à nous ?
quelle est son origine ou sa raison d’être ?
de quoi est-il fait ?

-

 dans Education

-

Si je dis de mon voisin qu’il est un riche capitaliste, cela signifie qu’il est propriétaire de  terres et d’usines, qu’il possède ce qu’on appelle aujourd’hui des valeurs mobilières
(actions de sociétés ou rentes sur un Etat)
qu’il a de grosses sommes placées chez son banquier ou chez son notaire
et beaucoup de billets de banque ou d’or dans son tiroir.

-

 dans Justice

L’or et les billets de banque
ne sont pas des richesses réelles,
ce sont des monnaies
c’est-à-dire des valeurs fictives
imaginées dans un état lointain de la civilisation
pour représenter les denrées et les marchandises de toute espèce
pour en faciliter l’échange et la conservation.

 dans Sentiments

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
d’une époque durant laquelle je dévorais les essais sur l’économie
la lecture et les discussions entre ami(e)s
sur Le capital de Karl Marx

Je me souviens
de mon indignation devant les jeunes friqués ayant des passes-droits à la faculté
(notés présents lors des TP-TD qu’ils séchaient, parkings réservés, pas de queue pour le resto-U…)

Je me souviens
d’un film paru en 2012 du cinéaste engagé Costa Gavras
dont bande annonce ci-dessus

-

-

0agifvisit dans Social

-

-

SOCIALISME…Egal…?

-

Egalité ?

La véritable égalité ?

-

SOCIALISME...Egal...? dans Conflits

Pour être socialiste

Léon Blum
1919

-

…/…
…La véritable égalité consiste dans le juste rapport de chaque individu, d’où qu’il soit né, avec sa tâche sociale.

…D’ailleurs, dans cette répartition des tâches,nous n’entendons introduire aucune idée de hiérarchie et de subordination.
Nous ne séparerons pas à nouveau l’unité sociale en castes mouvantes mais tranchées.
Meilleurs ou pires, plus forts ou plus faibles, tous les travailleurs nous apparaissent égaux et solidaires devant le même devoir.

-

aaaaaaaaaaaegalitetimbre Socialisme - Egalité - Exploitation des salariés - Justice sociale - Privilèges VIP - Chômage illégitime dans Ecrits

-

La bonne distribution du travail commun exige qu’entre eux le commandement revienne aux plus dignes, mais il leur sera remis pour le profit commun non pour leur honneur et leur profit perdonnel.

Notre but n’est pas du tout de rémunérer leur mérite
qui est l’ouvrage de la nature et de l’effort accumulé de la civilisation
mais de l’utiliser dans l’intérêt de la collectivité toute entière.

Ils ne seront pas à proprement parler, des chefs, mais des travailleurs comme les autres, associés, assemblés dans la même oeuvre avec leurs frères de travail, chacun peinant à son poste, tous s’efforçant vers le même objet, qui est l’égal bien-être et le bonheur commun des hommes.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Je me souviens
d’un président clamant qu’il ne ferait pas sa « Politique à la CORBEILLE »
et qui se contenta de sa retraite de général, dans sa modeste maison.

Je me souviens
d’un président successeur fustigeant l’argent
mais dont les septennats furent le ferment de nombreuses affaires opaques

Je me souviens
d’un autre président avouant « vouloir faire de l’argent…. »

Je me souviens
que le président actuel scandait lors de sa campagne électorale qu’il était
« l’ennemi des banquiers » …

-

Image de prévisualisation YouTube

-

Je me souviens
d’un exilé fiscal qui vivait
« …d’un peu d’espoir… »
mais qui l’enlève à ses fans ayant fait sa fortune…

-

-

0agifvisit dans Finances

-

-

SOCIALISME…Sal…?

-

salaire

exploitation du travail ?

-

SOCIALISME...Sal...? dans Ecrits aaaaaaaaaaminesenfants-300x108

Pour être socialiste
Léon Blum
1919

…/…

…Ce salaire, tant qu’il a été le maître absolu, il l’a comprimé, maintenu à un taux dérisoire et inhumain, pour accroître à la fois ses débouchés et ses bénéfices.
Il a dû le relever peu à peu depuis que vos camarades et vous, groupés pour votre défense commune, lui avez fait sentir, de temps en temps, la menace de votre force, depuis aussi que sous l’influence des penseurs et des hommes d’action socialistes, l’opinion publique s’est entrouverte aux idées de progrès et d’équité….

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Que disaient, il y a cent trente ans, les hommes de la révolution Francaise ?
Ils disaient :
« Fils de noble, fils de bourgeois, fils de serf ou de manant, les hommes naissent tous libres, égaux, pétris du même limon, de la même argile.
La société doit consacrer leur égalité naturelle.
Plus de distinction tirés de leur origine, de ce qui précède leur venue au monde, de ce qui devance la manifestation de leur vie personnelle… »

Les hommes de la révolution avaient cru achever leur oeuvre en confondant tous les ordres de l’ancienne société.
Ils ne se doutaient pas que, dans la société moderne, la même iniquité reparaîtrait, sous une forme moins supportable encore, par la formation et la distinciton des classes.
Ils ne se douitaient pas qu’il nous faudrait reprendre, après eux, sur nouveaux frais, leur tâche révolutionnaire….

Pourquoi la société livre-t-elle les uns aux autres,
asservit-elle les uns aux autres,
exploite-t-elle le travail des uns au profit des autres ?

-

(A suivre)

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

-

Je me souviens
des livres, lus grâce à la bibliothèque de la classe, décrivant la vie misérable des familles-enfants lors de la révolution industrielle en Grande-Bretagne…  vraisemblablement offerts à la prise de conscience des jeunes êtres en formation.
Qu’en est-il de nos jours de surconsommation ?

Je me souviens
de mes indignations silencieuses en parcourant les oeuvres des écrivains humanistes, dont celle de Zola et des films poignants tirés de celle-ci dont : Germinal, Gervaise, etc.

Je me souviens
de mes expériences plus ou moins traumatisantes lors de ma vie professionnelle,
durant lesquelles je n’ai pu que constater que :
l’exploitation des êtres humains continue,
les vassalités, les fiefs, les classes perdurent,
malgré les beaux discours et sous les formes les plus nombreuses et variées…

*

Quand les parents-familles sont blousés
Quand les solidarités s’effacent
Quand les marchandisations couvrent tout
Quand la Société fait un bon en arrière

Comment l’Espoir peut-il survivre ?
Quels horizons pour les jeunesses ?

-

-

0agifvisit Socialisme - Léon Blum - Révolution française - Esclavage moderne - Salaire du travail - Justice sociale dans Education

-

-


12

ENTREZ !

Vous lirez sur ce blog
des souvenirs
que l'actualité avive...
Puissent-ils
vous apporter quelque chose.

Auteur:

souvenirs19

Articles récents

Catégories

Sondage

REGRETS du passé ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

association

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

MAI


"C'est mon petit bouquet de fleurs
Mon petit muguet, mon porte-bonheur
Je l'ai cueilli pour la vie entière
Et je veux le porter à ma boutonnière.
Mon joli petit bouquet
Avec des yeux comme deux grands bleuets
Ce petit nom là lui va comme un gant
Car en la regardant je crois au printemps !"

Georges Guétary
Paroles: Jacques Plante

* *

CONTRE LA FAIM


ACTION CONTRE LA FAIM
ONG, née dans le contexte de la crise afghane en 1979,
fondée par un groupe d'intellectuels français.
(Françoise Giroud, Bernard-Henry Lévy, Marek Halter, Alfred Kastler (Prix Nobel de physique), Guy Sorman, Robert Sebbag, ainsi qu'un certain nombre de médecins, journalistes, écrivains.)
organisation se consacrant exclusivement au problème de la faim dans le sens le plus large.
Si vous pouvez, aidez...
N'oublions pas que toutes les 3/4 secondes un être humain meurt de faim !

Souvenir affectif

En vain le jour succède au jour,
Ils glissent sans laisser de trace ;
Dans mon âme rien ne t'efface,
Ô dernier songe de l'amour !

Je vois mes rapides années
S'accumuler derrière moi,
Comme le chêne autour de soi
Voit tomber ses feuilles fanées.

Mon front est blanchi par le temps ;
Mon sang refroidi coule à peine,
Semblable à cette onde qu'enchaîne
Le souffle glacé des autans.

Mais ta jeune et brillante image,
Que le regret vient embellir,
Dans mon sein ne saurait vieillir
Comme l'âme, elle n'a point d'âge.

Non, tu n'as pas quitté mes yeux ;
Et quand mon regard solitaire
Cessa de te voir sur la terre,
Soudain je te vis dans les cieux.


Lamartine
  • Album : CONSCIENCE
    <b>00000000000.jpg</b> <br />

SCHISTE ?… NON !




.../... Avec le gaz de schiste, le gaz est prisonnier dans la roche. Et pour l'extraire, il faut faire exploser la roche. C'est la technique dite de fracturation, qui se fait en injectant de l'eau sous très haute pression, additionnée de produits chimiques qui permettent d'ouvrir la roche.
C'est donc suite à ces fracturations que du gaz peut s'échapper de cette roche. Pour extraire du gaz de schiste, il faut faire des forages très rapprochés, tous les 200 à 500 mètres.

Pour l'instant, les éléments d'étude proviennent des Etats-Unis, mais aussi du Canada.

Aux Etats-Unis, notamment dans la région de Pennsylvanie, où ces gaz ont été exploités, et dans d'autres régions, on a vu à la fois des pollutions de nappes phréatiques par la technique de la fracturation, puisque les tuyaux de fracturation se sont lézardés, et l'eau sous très haute pression, chargée de produits chimiques et de gaz, s'est répandue dans les nappes phréatiques.

Il y a aujourd'hui, dans certaines communes des Etats-Unis, des milliers de personnes qui n'ont plus accès à l'eau potable.

Un des problèmes majeurs liés à cette pollution des nappes, c'est que les firmes pétrolières ont refusé de donner la liste des produits chimiques utilisés pour la fracturation au ministère de l'environnement des Etats-Unis, sous prétexte de brevet industriel. Ce qui pose évidemment des problèmes pour.../...

PETITION
http://8997.lapetition.be/


José Bové (Le Monde)

AMBITIONS ?

Toutes les ambitions
sont légitimes ;
excepté celles qui
s'élèvent sur les misères ou les crédulités des hommes.
J. CONRAD

Amour, folie aimable
Ambition, sottise sérieuse.

CHAMFORT


L'ambition
est le fumier de la gloire.

Pierre d'ARETIN


Les hommes
ont de grandes ambitions
mais de petits projets.

VAUVENARGUES


L'ambition de faire le bien
est la seule qui compte.

BADEN-POWELL

Click for Auch, France Forecast
octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
association