Archives pour la catégorie HUGO

DROITS de l’H

-

l’Homme et du Citoyen

ou

Droits Humains

-

hugohommetempete

-

-

le 26 août 1789
était adopté la

Déclaration des Droits de l’Homme

-

La déclaration comporte un préambule et dix-sept articles, qui mêlent des dispositions concernant les droits de plusieurs catégories juridiques de personnes :

  • les « droits des hommes » (tous les hommes, français, étrangers, prisonniers, ennemis…) ou droit des gens
  • les « droits des citoyens » (sous entendu les citoyens français) définissant les droits civiques, rappellent ou renforcent les libertés publiques,
  • et les « droits de la Nation » (la Société); ils comportent la souveraineté, le droit de faire des lois, d’organiser la force publique, de voter les contributions, d’avoir une représentation, de demander des comptes à ses agents, de diviser les pouvoirs publics, et sont à proprement parler constituants, au sens où ils organisent les différents pouvoirs entre eux
    Source Wikipédia

 

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

La révolution française est une folle,
Une drôlesse, à qui Bruxelles dit : va-t’en !
Danton est empoigné par monsieur d’Anethan
Et Robespierre est pris au collet par Cornesse ;
On met Paris au poste ainsi qu’une ivrognesse ;
Nous sommes un troupeau de moutons qui n’est bon
Qu’à suivre son berger et son boucher Bourbon ;
Depuis quatre cents ans l’esprit humain radote.
Qu’est-ce que le progrès ? Une vieille anecdote.
Nous nous sommes repus de chimères ; le vrai,
C’est Sanchez en morale, en finances Terray ;
La guillotine est bien, la potence est meilleure ;
Ce que nous appelons conscience est un leurre ;
Dieu parle dans le dogme et non dans la raison ;
Le confessionnal nous offre sa cloison,
Collons-y notre oreille et soyons imbéciles,
C’est le salut. Faisons vers les hommes fossiles
Le plus que nous pourrons de pas à reculons.
Le vrai but resplendit derrière nos talons ;
C’est le passé, le trône et l’autel, l’ignorance.
Déshabituons-nous de ce grand mot : la France.
Le pape a décrété qu’il est Dieu ; donc il l’est.
L’esprit, qui de Paris sur le monde soufflait,
Semait de la folie aux quatre vents éparse ;
Les droits de l’homme sont une assez triste farce ;
Le monarque est le char, le peuple est le pavé ;
Nous n’avons rien créé, nous n’avons rien trouvé ;
À nos inventions mettons le bonnet d’âne ;
Molière n’est qu’un drôle, et Tartuffe le damne ;
Jean-Jacques est un croquant, Voltaire est un grimaud,
Et Trublet, Patouillet, Pluche, ont le dernier mot.

Victor HUGO

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Visionnaire Poète

honorable Citoyen Coluche

Triste déshumanisation…

-

-

-

misèrefille

-

-

-

-

-

-

PARIS de H à H ?

-

De Hugo à Hidalgo

-

hugoportrait

-

-

Lorsqu’on évoque l’Espagne
souvent me vient à l’esprit le poème
Après la bataille de V. Hugo

Notre grand poète-penseur politique
auteur notamment de Notre Dame de Paris
doit sourire en voyant une femme d’origine espagnole
diriger la capitale …

-

-

hidalgo

-

-

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul hussard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait:  » A boire! à boire par pitié ! « 
Mon père, ému, tendit à son hussard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. « 
Tout à coup, au moment où le hussard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba! « 
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
 » Donne-lui tout de même à boire « , dit mon père.

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Anne Hidalgo est née le 19 juin 1959 à San Fernando en Espagne.
Immigrée avec ses parents en 1961 à Lyon,
inscrite au PS en 1994,
1ère adjointe de B. Delanoe
on peut dire que sa carrière est exemplaire ?

Elle fut proche de DSK contre Ségolène …
Son mari ex-directeur de cabinet de Martine Aubry.

Bonne chance !

-

-

-

gifvisit.gif

-

-

POETES soyez…

-

soyez en paix ce dimanche !

POETES soyez... dans Ecrits aaaaaaaaaaaaaagifanimefleuve

-

-

Mes poèmes,  soyez des fleuves!
Allez en vous élargissant!
Désaltérez dans les épreuves
Les coeurs saignants, les âmes veuves,
Celui qui monte ou qui descend.

*

Que l’aigle plonge, loin des fanges,
Son bec de lumière en vos eaux!
Et dans vos murmures étranges
Mêlez l’hymne de tous les anges
Aux chansons de tous les oiseaux!

*

Victor HUGO

*

*

bondimanchefillette Poésie - Hugo - Poèmes dans HUGO-

-

PRINTEMPS…en poésie

-

PRINTEMPS

V. Hugo

-

-

PRINTEMPS...en poésie dans Dimanche aaaaaaaaaaaaagifviveleprintemps

-

-

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire !
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ;
L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ;
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers.
Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre,
A travers l’ombre immense et sous le ciel béni,
Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.

-

-

apapacoeurbat-150x150 Poésie - Printemps - Saison - Hugo - dans Ecrits

-

-

Saison préférée pour beaucoup

Votre cas ?

-

-

aaaaabondimancheoiseaux dans HUGO

-

-

GRIFFON ? Christianisme ?

-

GRIFFON ? Christianisme ? dans Animal-

…/…

Et le griffon cria

- Que l’aigle d’en bas dorme !
Je veille. Dieu plus haut que l’aigle m’emporte
…/…
Non.  Dieu n’est pas vengeur ! non, Dieu n’est pas jaloux !
Non. L’homme ne meurt pas tout entier.
Ecoute
Dieu, le monde étant fait, reconnut que cela
N’était rien, puisque rien n’y disait : me voilà ;
Puisque rien n’y pensait et n’y parlait ; de sorte
Que la création en naissant était morte ;
Or l’incréé voulut engendrer l’immortel.
Il fit l’âme, et la mit dans l’homme, son autel.
L’homme seul reçut l’âme en l’univers visible.
Dieu créa pour Adam ce faîte incaccessible.

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagriffon Griffon - poésie - Hugo - Solitudines coeli - Carême - Dieu dans Dimanche
-

Au-dessous de l’homme, âme, intelligence, esprit,
La matière roula dans la pierre, fleurit
Dans la plante, et hurla dans la bête sans vivre.
Voyant qu’il avait seul une âme, Adam fut ivre ;
Il voulut la science et déroba le fruit.
C’est pourquoi Dieu jeta les hommes dans la nuit.

…/…

Satan à l’entour vole et plane, oiseau de proie
Des âmes. La douleur formidable est sa joie.

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagifpriere-238x300 dans Ecrits

…/…

L’homme n’a qu’à pleurer pour retrouver son père.
Le malheur lui dit : crois. La mort lui crie : espère !
Qu’il se repente, il tient la clef d’un sort meilleur.
Dieu lui remplace, après l’épreuve et la douleur.
…/…
Qu’au fond du ciel suprême où la clarté sourit,
Où le Père et le Fils se mêlent dans l’Esprit,
Il semble que l’azur égalise et confonde
Jésus, l’âme de l’homme, et Dieu, l’âme du monde !

-

 dans Education

…/…

Par moments, dans l’azur splendide et redouté,
O mystère ! il se fait des silences d’une heure ;
Personne en haut ne chante et nul en bas ne pleure ;
L’ange abaisse, pensif, son clairon éclatant ;
Dieu médite ; le ciel rêve ; l’enfer attend.

Et c’est ce mot qui dort de l’ombre : Je pardonne.

Solitudines coeli

-

-

aaaaaaaaaaaaaaaacielvide dans HUGO

-

Si Dieu pardonne

ne devons-nous pas aussi pardonner ?

-

L’AIGLE…criait (Hugo)

-

L'AIGLE...criait (Hugo) dans Artiste aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagifaigle

-

Qui donc est là, gouffre hideux ?
Qui donc dit : il n’est pas ! Qui donc dit : ils sont deux !
Qui donc dit : – Ils sont douze, ils sont cent, ils sont mille ;
Ils emplissent l’azur comme un peuple une ville ;
Et le ciel serait clair, limpide et radieux,
S’il n’était obscurci du noir essaim des dieux.
O vents, il est ! Abîme ! il est seul. Seul, vous dis-je !
Ténèbres, demandez aux soleils. Le prodige,
O gouffres, ce serait qu’il ne fut pas. Je suis
L’aigle éclairé d’en haut qui plane au fond des nuits
…/…

-

 Carême - poésie - Hugo - Aigle - Solitudines coeli dans Dimanche

-

Au pied du Sina sombre, il dit : Qui m’accompagne ?
J’ai dit : moi ! – J’étais là, quand, montant la montagne,
Il s’enfonça, superbe et tremblant à la fois,
Dans le nuage plein de foudres et de voix ;
J’ai suivi le prophète en cette ombre livide…

…/…

-

 dans Ecrits

-

L’univers est un texte obscur ; l’as-tu traduit ?
Qu’est-ce que nous voulaient les aurores enfuies ?
Pourquoi le larmoiement formidable des pluies ?
Comment l’arbre tient-il dans le pépin du  fruit ?
…/…
C’est Dieu seul qui règne et vit, te dis-je,
Et Dieu seul qui survit. Fais-tu le froid, le chaud,
La nuit, l’aube ? Est-ce toi qui  fais hurler là-haut
L’orage maniaque, et toi qui le fait taire ?
Es-tu le personnage immense du mystère ?

…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagifporteciel dans Education

-

Serais-tu par hasard, ô parleur dérisoire,
Un des grands mécontents de l’immensité noire ?
Trouves-tu que les cieux sacrés vont de travers ?
Peut-être étais-tu là quand Dieu fit l’univers ?
Et sans doute, en ce cas, ta peine fut cruelle
De voir que ce maçon n’avait pas de truelle

…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagifaiglepetit dans HUGO

-

Hommes , qu’êtes-vous donc ? Des visages pensifs.
Le mal descend de  vous comme le froid des ifs.
Vos desseins sont des puits d’iniquité ; vous êtes
Des antres ou le vice et le crime ont leur fêtes ;
Vos maisons et vos seuils et vos toits et vos murs
Portent plus de forfaits qu’un cep de raisins mûrs ;
Vous incrustez d’or fin vos lits de bois d’érable ;
Vous tordez les haillons du pauvre misérable
Et votre pourpre est faite avec le sang qui sort ;
Vous changez en hochet le redoutable sort
…/…

-

 dans Religion

-

Vous pensez. Croyez-vous ? vos crânes sont des voûtes
Sans lampes, d’où les pleurs suintent à larges gouttes.
Vous priez. Qui ? comment ? Pourquoi ? Vous ne savez.
Vous aimerz. O nuit sombre ! ô cieux en vain rêvés !
Vos sens sont un fumier dont votre amour s’arrage
Et dans votre baiser le porc se mêle à l’ange.
Et Satan a tant fait que votre abaissement
Est noirceur sur la terre et tache au firmament.
…/..
Parfois, quand Dieu regarde, il a honte de l’homme

…/…

Solitudines coeli

-

aaaaaaaaaaaaaaaacielvide

-

Juste identification du mosaïsme ?

-

Le CORBEAU d’Hugo…

-

Et je vis au-dessus de ma tête un point noir
Et ce point noir semblait une mouche dans l’ombre

-

Le CORBEAU d'Hugo... dans Animal aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaacorbeau

-

…/…
Et ce corbeau disait :

Ils sont deux ! Zoroastre,
L’un est l’esprit de vie, au vol d’aigle, aux yeux d’astre,
qui rayonne, crée, aime, illumine, construit ;
Et l’autre est l’araignée énorme de la nuit.
Ils sont deux ; l’un est l’hymne et l’autre est la huée.
Ils sont deux ; le linceul et l’être, la nuée
Et le ciel, la paupière et l’oeil, l’ombre et le jour,
La haine affreuse, noire implacable, et l’amour.
Ils sont deux combattants. Le combat, c’est le monde.

…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaacorbeaupetit Le corbeau - Hugo - Manichéisme - Religion - Carême - poésie - film Le corbeau - A. Cayatte - Solitudines coeli dans Artiste

-

Ainsi luttent, hélas ! ces deux égaux puissants ;
L’un, roi de l’esprit ; l’autre, empoisonneur des sens ;
Les choses à leur souffle expirent ou végètent.
Rien n’est au-dessus d’eux. Ils sont seuls. Ils se jettent
L’hiver et le printemps, l’éclair et le rayon ;
Ils sont l’effrayant duel de la création.

…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaacorbeaupetit dans Dimanche

-

Jamais de trêve. Ils sont, et rien n’existe qu’eux.
Les éléments sont pleins de leurs cris belliqueux.
Et partout où l’on pleure et partout où l’on chante,
Dans l’homme, dans le vent, dans la ronce méchante,
Dans la bête des bois et dans les cieux émus,
L’ombre hurle Arimane et le jour dit Ormus !
Et dans les profondeurs de cette lutte s’étale ;
Et l’oscillation est heureuse ou fatale,
Et le large roulis nous berce, ou son reflux
N’emporte que clameurs et sanglots superflus.
Et le boa s’enroule au tronc du sycomore,
Jérusalem voit naître à son côté Gomorrhe
…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaacorbeaupetit dans Ecrits

-

L’immensité pareille au boeuf qu’un laboureur
A laissé dans un champ ténébreux, et qui beugle,
O nuit, s’éveillera le lendemain aveugle,
Et, dans l’espace affreux sous la brume enfoui,
L’astre éteint cherchera le monde évanoui !

Et le corbeau rentra dans l’ombre formidable.

L’infini sous mes pieds reflétait l’insondable ;
Des lueurs y flottaient comme dans un miroir.

Solitudines Coeli

aaaaaaaaaaaaaaaacielvide dans Education

-

Le corbeau a mauvaise réputation
Comment ne pas penser au film de Cayatte

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Hugo a utilisé ce symbole
pour traduire le

MANICHEISME

Est-ce un bon choix ?

-

-


Le HIBOU ?…Scepticisme…

-

Et je vis au-dessus de ma tête un point noir

-

-

Le HIBOU ?...Scepticisme... dans Animal aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahibou

-

-

…/…
Et ce hibou parlait devant lui, sans rien voir,
Comme s’il se savait écouté dans le noir.
…/…
Alors je m’approchai de cette silhouette,
Et je lui demandais : que fais-tu la chouette ?
Et le noir chathulant me dit : Je guette Dieu.

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahiboupetit Caême - Religion - Scepticisme - Le hibou - Hugo - poèsie - Solitudines coeli dans Artiste

-

Dieu ! J’ai dit Dieu. Pourquoi ? Qui le voit ? Qui le prouve ?
C’est le vivant qu’on cherche et le cercueil qu’on trouve.
Qui donc peut adorer ?  qui donc peut affirmer ?
Dès qu’on croit ouvrir l’être, on le sent se fermer.
Dieu ! cri sans but peut-être, et nom vide et terrible !
Souhait que fait l’esprit devant l’inacessible !
Invocation  vaine aventurée au fond
Du précipice aveugle où nos songes s’en vont !
Mot qui te porte, ô monde, et sur lequel tu vogues !
Nom mis en quesiton dans les lourds dialogues
Du spectre avec le rêve, ô nuit, et des douleurs
Avec l’homme, et de l’astre avec les sombres fleurs
Qu’éveillent sur l’étang les froids rayons lunaires !
Sujet de la querelle énorme des tonnerres !
…/…

-

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahiboupetit dans Dimanche

-

Quand ? pourquoi ? comment ? où ?
Tout se tait, tout est clos, tout est sourd ; tout recule.
Tout vit dans l’insondable et fatal crépuscule.
L’être mortel médite et songe avec effroi
En attendant qu’un jour quelqu’un dise : c’est moi.
La taciturnité de l’ombre est formidable.
Il semble qu’au delà du nimbe inabordable,
Une sorte de front vaste et mystérieux
Se meuve vaguement au plus obscur des cieux ;
Et Dieu, (s’il est un Dieu) fit à sa ressemblance
L’universelle nuit et l’éternel silence.

Moi, j’attends. qui va naître ? Est-ce l’aube, ou le soir ?
Un de mes yeux est foi ; mais l’autre est désespoir.

…/…

Solitudines Coeli

-

aaaaaaaaaaaaaaaacielvide dans Ecrits

-

Les hommes modernes
adhèrent-ils aux vues du Hibou ?
SCEPTICISME
mis en vers par Victor HUGO

-

-

-

CONSCIENCE…en

-

régression dans notre monde moderne ?

où la connaissance vient
mais la sagesse traîne

-

CONSCIENCE...en dans Ecrits

Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l’homme sombre arriva
Au bas d’une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d’haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un oeil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l’ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l’espace.
Il marcha trente jours, il marcha trente nuits.
Il allait, muet, pâle et frémissant aux bruits,
Furtif, sans regarder derrière lui, sans trêve,
Sans repos, sans sommeil; il atteignit la grève
Des mers dans le pays qui fut depuis Assur.
« Arrêtons-nous, dit-il, car cet asile est sûr.
Restons-y. Nous avons du monde atteint les bornes. »
Et, comme il s’asseyait, il vit dans les cieux mornes
L’oeil à la même place au fond de l’horizon.
Alors il tressaillit en proie au noir frisson.
« Cachez-moi ! » cria-t-il; et, le doigt sur la bouche,
Tous ses fils regardaient trembler l’aïeul farouche.
…/…

-

 Conscience - Abel et Cain - Hugo - poèsie - Religion - fratricide - Humanité - Crime - fuite - Oeil universel dans Education

…/…

Et la ville semblait une ville d’enfer ;
L’ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
Ils donnèrent aux murs l’épaisseur des montagnes ;
Sur la porte on grava : « Défense à Dieu d’entrer. »
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l’aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L’oeil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit :  » Non, il est toujours là. »
Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit donc une fosse, et Caïn dit « C’est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn.

Victor HUGO

-

-

Image de prévisualisation YouTube

-

-

Un poème appris-étudié au collège
Un texte au grand symbole pour l’Humanité
Des travers de l’espèce toujours renouvelés
Quand les prédateurs comprendront-ils pour s’améliorer ?
Quand les décisions pour tous nous sauver seront-elles adoptées ?
Anne

-

-

aaaaaaaaaaaaaaaabougierose dans HUGO

-

La CHAUVE-souris…?

-

Et je vis au-dessus de ma tête un point noir.

-

-

La CHAUVE-souris...? dans Dimanche aaaaaaaaaaaaaaaachauve-souris

…/…

Que veux-tu de moi, passant rapide ?
Je regarde, éperdu la matière stupide.
Homme, écoute ; je suis l’oiseau noir que trouva
Démorgorgon en Grèce et dans l’Inde Shiva.
Je contemple l’horreur de la sombre nature.
Homme, quel est le sens de l’affreuse aventure
Qu’on appelle univers ? Je le cherche et j’ai peur.
J’interroge ce bloc qui n’est qu’une vapeur ;
J’observe l’infini monstrueux, et je scrute
La taupe et le soleil, l’homme, l’arbre et la brute.
Je suis triste. O passant, comprends-tu ce mot : Rien !
Ce qu’on nomme le mal est peut-être le bien.
Quand un gouffre se comble, un autre puits se creuse.
Tourment, volupté, rire et clameur douloureuse,
Glux et reflus, le juste et l’injuste, le bon,
Le mauvais, blanc et noir, diamant et charbon,
Vrai, faux, pourpre et haillon , le carcan, l’auréole,
Jour et nuit, vie et mort, oui, non ; navette folle
Que pousse le hasard, tisserand de la nuit !
Connait-on ce qui sert, et sait-on ce qui nuit ?
Tout germe est un fléau, tout choc est un désastre ;
La comète, brûlot des mondes, détruit l’astre ;
Le même être est victime et bourreau tour à tour,
Et pour le mourcheron l’hirondelle est vauttour.
Les cailloux sont broyés par la bête de somme,
L’âne pait le chardon, l’homme dévore l’homme
…/…

*

aaaaaaaaaaaaaaaachauvesouris3 HUGO - Solitudines coeli - La Chauve-souris- poèsie - Quête spirituelle - Religion - Carême dans Ecrits

*

Tout se tient et s’embrasse et s’étreint pour se mordre ;
Un crime universel et monstrueux est l’ordre ;
Tout être boit un sang immense, ruisselant
De la création comme d’un vaste flanc.
On lutte, on frappe, on blesse, on saigne, on soufrfe, on pleure.
Tout ce que vous voyez est larve ; tout vous leurre,
Et tout rapidement fond dans l’ombre ; car tout
Tremble dans le mystère immense et se dissous…
…/…

*

aaaaaaaaaaaaaaaachauvesouris2 dans Education

*

L’oiseau noir s’arrêta, d’épouvante troublé,
Puis, sombre et frémissant, reprit :
Je suis allé
Jusqu’au fond de cette ombre, et je n’ai vu personne

…/…

Solitudines coeli

-

-

aaaaaaaaaaaaaaaacielvide dans HUGO

-

-

-

Belle évocation de l’Athéisme ?

-

-

-

aaaaaaaaaaaaaaaabougierose dans Religion

-

-


123

ENTREZ !

Vous lirez sur ce blog
des souvenirs
que l'actualité avive...
Puissent-ils
vous apporter quelque chose.

Auteur:

souvenirs19

Articles récents

Catégories

Sondage

REGRETS du passé ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

association

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

MAI


"C'est mon petit bouquet de fleurs
Mon petit muguet, mon porte-bonheur
Je l'ai cueilli pour la vie entière
Et je veux le porter à ma boutonnière.
Mon joli petit bouquet
Avec des yeux comme deux grands bleuets
Ce petit nom là lui va comme un gant
Car en la regardant je crois au printemps !"

Georges Guétary
Paroles: Jacques Plante

* *

CONTRE LA FAIM


ACTION CONTRE LA FAIM
ONG, née dans le contexte de la crise afghane en 1979,
fondée par un groupe d'intellectuels français.
(Françoise Giroud, Bernard-Henry Lévy, Marek Halter, Alfred Kastler (Prix Nobel de physique), Guy Sorman, Robert Sebbag, ainsi qu'un certain nombre de médecins, journalistes, écrivains.)
organisation se consacrant exclusivement au problème de la faim dans le sens le plus large.
Si vous pouvez, aidez...
N'oublions pas que toutes les 3/4 secondes un être humain meurt de faim !

Souvenir affectif

En vain le jour succède au jour,
Ils glissent sans laisser de trace ;
Dans mon âme rien ne t'efface,
Ô dernier songe de l'amour !

Je vois mes rapides années
S'accumuler derrière moi,
Comme le chêne autour de soi
Voit tomber ses feuilles fanées.

Mon front est blanchi par le temps ;
Mon sang refroidi coule à peine,
Semblable à cette onde qu'enchaîne
Le souffle glacé des autans.

Mais ta jeune et brillante image,
Que le regret vient embellir,
Dans mon sein ne saurait vieillir
Comme l'âme, elle n'a point d'âge.

Non, tu n'as pas quitté mes yeux ;
Et quand mon regard solitaire
Cessa de te voir sur la terre,
Soudain je te vis dans les cieux.


Lamartine
  • Album : CONSCIENCE
    <b>00000000000.jpg</b> <br />

SCHISTE ?… NON !




.../... Avec le gaz de schiste, le gaz est prisonnier dans la roche. Et pour l'extraire, il faut faire exploser la roche. C'est la technique dite de fracturation, qui se fait en injectant de l'eau sous très haute pression, additionnée de produits chimiques qui permettent d'ouvrir la roche.
C'est donc suite à ces fracturations que du gaz peut s'échapper de cette roche. Pour extraire du gaz de schiste, il faut faire des forages très rapprochés, tous les 200 à 500 mètres.

Pour l'instant, les éléments d'étude proviennent des Etats-Unis, mais aussi du Canada.

Aux Etats-Unis, notamment dans la région de Pennsylvanie, où ces gaz ont été exploités, et dans d'autres régions, on a vu à la fois des pollutions de nappes phréatiques par la technique de la fracturation, puisque les tuyaux de fracturation se sont lézardés, et l'eau sous très haute pression, chargée de produits chimiques et de gaz, s'est répandue dans les nappes phréatiques.

Il y a aujourd'hui, dans certaines communes des Etats-Unis, des milliers de personnes qui n'ont plus accès à l'eau potable.

Un des problèmes majeurs liés à cette pollution des nappes, c'est que les firmes pétrolières ont refusé de donner la liste des produits chimiques utilisés pour la fracturation au ministère de l'environnement des Etats-Unis, sous prétexte de brevet industriel. Ce qui pose évidemment des problèmes pour.../...

PETITION
http://8997.lapetition.be/


José Bové (Le Monde)

AMBITIONS ?

Toutes les ambitions
sont légitimes ;
excepté celles qui
s'élèvent sur les misères ou les crédulités des hommes.
J. CONRAD

Amour, folie aimable
Ambition, sottise sérieuse.

CHAMFORT


L'ambition
est le fumier de la gloire.

Pierre d'ARETIN


Les hommes
ont de grandes ambitions
mais de petits projets.

VAUVENARGUES


L'ambition de faire le bien
est la seule qui compte.

BADEN-POWELL

Click for Auch, France Forecast
octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
association